mercredi 25 août 2010

Thon albacore !

1/ Y a-t-il une différence gustative importante entre le thon rouge et le thon albacore ?
a. Oui
b. Non
c. Cela dépend des goûts de chacun
2/ À partir de quel âge le thon albacore peut-il se reproduire ?
a. 4 ans
b. 2 ans
c. 6 mois
3/ Qu’est-ce qui fait la force du thon albacore pour éviter d’être trop victime de la surpêche ?
a. Sa vitesse de nage
b. Son mode de reproduction
c. Son lieu de vie
4/ Existe-t-il du thon albacore d’élevage ?
a. Oui
b. Non












Réponses
1/ Réponse c. Chacun d’entre nous a un palais différent, mais la différence gustative entre le thon rouge et le thon albacore est très légère. Certains trouvent le thon rouge de Méditerranée plus ferreux.
2/ Réponse : b. La taille de reproduction est de 80 à 90 cm, ce qui correspond à un thon âgé d’environ 2 ans. Les juvéniles évoluent dans les 100 à 200 premiers mètres de profondeur. Il convient de signaler une part non négligeable de cannibalisme : 10 % de l’alimentation des thons sont des juvéniles, le plus souvent de la même espèce.
Les thons pêchés pour Matsuri ont entre 3 et 7 ans.
3/ Réponse : b. Le thon albacore ne semble pas avoir de lieu de reproduction fixe contrairement au thon rouge de Méditerranée qui se regroupe en énormes bancs chaque année à la même période et au même endroit, en Sicile, au large de la Libye et aux Baléares, un lieu bien connu des pêcheurs.
De plus, les thons albacores de grandes tailles se déplacent peu en bancs et se trouvent à des profondeurs importantes, ce qui change les techniques de pêche. Les thons albacores pêchés pour Matsuri le sont à la palangre (très longue ligne) qui est une technique de pêche à la senne (filet) utilisée en Méditerranée.
4/ Réponse : b. Aucune espèce de thonidé ne peut être élevée car le thon est un poisson migrateur qui se reproduit très difficilement en captivité. En Méditerranée, les thoniers capturent des thons rouges et les mettent en cage afin de les engraisser. Mais cette technique a un fort impact sur l’environnement marin car le gavage est très consommateur de ressources halieutiques : pour produire 1 kg de chair de thon, il faut 15 à 20 kg de poissons sauvages. Cette technique ne s’applique pas au thon albacore, sauf à toute petite échelle en quelques rares points du globe.

Les espèces de Thon !

1/ Combien existe-t’il d’espèces de thon ?
a. 10
b. 2
c. 5
2/ Quelle espèce de thon est la plus consommée en France ?
a. L’albacore
b. Le listao
c. Le thon rouge de Méditerranée
3/ Toutes les espèces de thon sont-elles menacées ?
a. Oui
b. Non
4/ Quelle est la solution pour protéger les différentes espèces de thon et plus généralement les océans ?
a. Développer la pêche durable
b. Renforcer les contrôles
c. Créer des réserves marines












Réponses
1/ Réponse : c. Les 5 espèces sont :
1 : le thon blanc ou germon qui possède une chair fine et à peine rosée.
2 : le thon rouge, le plus impressionnant de tous qui peut peser jusqu’à 500 kg. Cette espèce, victime de la surpêche, est menacée de disparition.
3 : le thon albacore que vous dégustez chez Matsuri qui est reconnaissable grâce à ses nageoires jaunes et à sa chair rouge.
4 : le thon obèse ou patudo qui n’est pas aussi gros que son nom l’indique, car son poids n’excéde que très rarement 100 kg.
5. le listao ou bonite à ventre rayé qui est l’espèce de thon la plus pêchée principalement pour la conserverie.
2/ Réponse : b. Le listao ou bonite à ventre rayé est de loin le plus consommé en France sous forme de thon en boîte. La consommation de thon rouge de Méditerranée est d’environ 200 tonnes par an, mais les ventes ne cessent de chuter. Selon un dernier sondage Greenpeace/CSA, 78 % desFrançais se déclarent prêts à arrêter de manger du thon rouge, l’espèce la plus chère sur le marché. _ Dans les restaurants japonais en France, le thon servi est essentiellement de l’albacore.
3/ Réponse : a. Toutes les espèces sont menacées si un système de pêcherie durable n’est pas mis en place. Bien conscient de cet enjeu, Matsuri propose du thon albacore pêché dans le Pacifique (les ressources de thon albacore d’Atlantique et de l’océan Indien sont en forte diminution) et a décidé de s’engager dans une démarche de pêche durable. Une première étape s’est achevée avec la labellisation « Friend of the Sea » de la pêcherie partenaire. Mais Matsuri compte aller plus loin en renforçant les conditions sociales et environnementales du cahier des charges qui le lie à son fournisseur.
4/ Réponse : les 3 réponses sont bonnes mais une est fondamentale pour préserver la vie dans les océans : la création de réserves marines. Une réserve marine est une zone dans laquelle toute activité humaine préjudiciable à l’environnement est interdite.
Ces réserves constituent tout à la fois des frayères, des nurseries et des refuges pour les espèces les plus menacées.
Les scientifiques estiment que 20 à 40 % de nos océans devraient être déclarés réserves marines.
La France s’est engagée, lors du Grenelle de la Mer en 2009, à créer 10 % de réserves marines dans ses eaux territoriales d’ici 2020.

La pêche durable


1/ Grâce à quelle technique de pêche le thon albacore proposé chez Matsuri est-il pêché ?
a. Les filets dérivants
b. Le chalut
c. La palangre
2/ Peut-on connaître la période de pêche, l’endroit mais aussi le nom du bateau qui a pêché le poisson présent dans mon assiette ?
a. Oui
b. Non
3/ Qu’est-ce que la pêche durable ?
a. Une pêche respectueuse des ressources marines et des habitats
b. Une pêche sociologiquement et économiquement équitable
c. L’aquaculture
4/ Qu’est-ce que le label « Friend of the Sea » ?
a. Un label de poissons bio
b. Un label de pêche durable
c. Un label de techniques de pêche
























Réponses
1/ Réponse : c. La palangre est une immense ligne de plusieurs dizaines de kilomètres de long, équipée de nombreux hameçons espacés de 50 à 100 mètres chacun. Cette technique de pêche est une des moins impactantes sur l’environnement, car elle ne touche pas le fond de la mer et par conséquent ne détériore pas les habitats.
De plus, elle permet de capturer des espèces spécifiques avec un minimum de prises accessoires qui, non commercialisables, repartent mortes à la mer… un véritable gâchis.
2/ Réponse : a. La chaîne d’approvisionnement de Matsuri est totalement tracée. Les thons sont pêchés par des bateaux de taille moyenne (environ 30 mètres). Ils arrivent un par un vivants au navire et font l’objet d’un traitement individuel. Pour éviter les prises accessoires (tortues et/ou requins), des techniques de protection sont mises en place comme des zones de pêche éloignées des côtes, des hameçons spéciaux, une pêche à plus de 100 mètres de profondeur…
3/ Réponse : a et b. La pêche durable est une pêche qui répond à nos besoins sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs, ce qui logiquement correspond à la définition du développement durable du rapport Brundtland de 1987. Elle doit permettre aux espèces pêchées de maintenir leur population à un niveau correct et ne doit pas avoir d’effets négatifs sur l’ensemble de la biodiversité marine.
4/ Réponse : b. « Friend of the Sea » est une ONG fondée en 2006 par le Docteur Paolo Bray, directeur et fondateur de deux organismes internationaux de certification : « Dolphin-Safe project » et « Friend of the Sea ». Les critères de cette certification sont issus entre autres du code de conduite de la FAO, organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture.
Cette certification est une première étape pour Matsuri, qui compte aller plus loin en renforçant les conditions sociales et environnementales du cahier des charges qui le lie à son fournisseur.

Du poisson dans nos assiettes !

1/ Quelles sont les espèces de poissons les plus pêchées dans le monde ?
a. Le cabillaud (la morue)
b. La sardine
c. L’anchois du Pérou
2/ Quel est le pays où les habitants consomment le plus de produits de la mer ?
a. Les Maldives
b. La France
c. Le Japon
3/ Quel poisson frais est le plus consommé en France ?
a. Le cabillaud
b. Le thon
c. Le saumon
4/ Combien d’espèces différentes de poisson consommons-nous ?
a. Une centaine
b. Une trentaine
c. Une dizaine
























RÉPONSES
1/ Réponse : c. L’anchois du Pérou est de très loin l’espèce la plus pêchée au monde. Parmi les 10 espèces les plus pêchées, on trouve 2 espèces de thon : la bonite à ventre rayé et le thon albacore (3,6 millions de tonnes, soit 4 % du tonnage mondial, toutes espèces confondues) qui sont le plus fréquemment consommés en conserve. (SOURCE SAO)
2/ Réponse : a. En moyenne, chaque habitant des Maldives consomme 120 kg/an de produits de la mer. C’est la base de leur nourriture.
Deuxième gros consommateur : l’Islande avec 91 kg/an/habitant puis le Japon avec 66 kg/an/ habitant. Les Français arrivent à la 7e place avec une consommation moyenne par habitant annuelle de 34 kg. (SOURCE FAO 2003)
3/ Réponse : c. De très loin c’est le saumon avec 28 000 tonnes consommées par an, suivi par le cabillaud : 12 160 tonnes et le lieu noir : 8 290 tonnes.
Le thon frais arrive à la 17e place, mais cette part est minuscule si on la compare à la part de thon en conserve qui représente plus de 54 000 tonnes consommées par an en France. (Source bilan annuel 08 FranceAgriMer)
4/ Réponse : c. 70 % de notre consommation porte sur seulement 10 espèces alors que plus de 100 espèces pourraient être disponibles sur le marché. La pression sur ces espèces est donc énorme. Une des solutions est de diversifier notre consommation. Chez Matsuri, à la carte, il vous est proposé 14 espèces de produits de la mer.
Les plus consommées sont dans l’ordre : le saumon, le thon et les crevettes.
Bien conscient de ces problèmes, Matsuri, à chaque renouvellement de sa carte, vous propose de nouveaux produits de la mer tout en respectant la culture gastronomique japonaise.

vendredi 20 août 2010

Pourquoi ce blog ?


Deux mots, deux concepts-clés chez Matsuri : qualité & responsabilité.
Ambassadeur de la tradition japonaise depuis 1986, Matsuri consolide aujourd’hui sa stratégie environnementale.
Découvrez sur ce blog les nouvelles recettes, les actualités culturelles japonaises et plus d’informations sur les engagements de Matsuri !